Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les aventures de Maëster sur le net
  • Les aventures de Maëster sur le net
  • : Auteur de Bande Dessinée (Fluide Glacial, Le Lombard, Glénat), autodidacte (ça veut dire que je conduis mes doigts tout seul), soupe-au-lait et esthète de l'art.
  • Contact

Ci-dessus

 
J'avais d'abord pensé écrire "Dentiste" (à cause de "email -> ok") mais je me suis dit que cela ferait fuir tout le monde.

 

D'où "Lavabo".

Farfouillage

Le plat du jour


Le Blog de Yal
à découvrir d'urgence.

Yann Lesacher
illustrateur, peintre, croqueur,
un dessineux comme je les aime.
 

ds-1
 Cliquer ici pour sa version de Claudia Cardinale


Dans Les Tiroirs

Texte Libre

Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère, "toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits." Donc, merci de ne pas balancer mes dessins et mes images aux quatre coins de l'internet ou d'ailleurs...

 

Important : Les commentaires étant modérés, ils n'apparaîtront qu'après validation de ma part. Ne vous étonnez pas de ne pas les voir s'afficher immédiatement.

(C'est valable aussi pour l'hypocrite lectrice, ma (moins) semblable, ma soeur... et plus si affinités, et pour les quelques ignares égarés ici, la phrase est empruntée à M. Charles Baudelaire, dans ses bien jolies "Fleurs du Mal")

Sur La Table

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 20:01









.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maëster - dans Actu qui tue
commenter cet article

commentaires

Paul Boyer 03/07/2008 12:16

[...]qu'il serait plaisant de développer avec vous, notamment[...]Je suis flatté de cette invite et vous en remercie. J'espère pouvoir venir vous saluer à Eauze, même si je doute que l'on puisse y échanger plus que quelques mots après une longue queue (il ne s'agit pas de vantardise, à quoi pensiez-vous donc ?).Il me semble intéressant de créer des espaces de débat, même si la forme (public/privé, participants nombreux/limités, sélection des participants/libre participation, etc.) est forcément imparfaite. Ce blog est un compromis très acceptable. Je regrette seulement qu'il ne permette pas (à la différence de celui d'Achdé) d'être prévenu -recevoir un mail- lorsqu'un commentaire est ajouté sur un sujet, ce qui ne permet pas de réagir lorsqu'une réponse est faite à un commentaire (sauf à aller lire tous les commentaires de chaque dessin régulièrement, ce qui devient fastidieux).Sur le fond du sujet, concernant la vente par Internet, il me semble qu'elle apporte à la mondialisation la capacité de délocaliser la gestion de la relation client, qui constitue dans une boutique 'classique' le premier poste de coût et de marge (la vendeuse ou le vendeur).Le seul poste non-délocalisable reste alors la logistique et la livraison (tant que la technologie de la téléportation ne sera pas maitrisée, on aura besoin d'un livreur et de son camion !).J'ai par exemple un ami qui vit chichement dans un taudis au fond d'un sentier boueux en banlieue de Kathmandou. Il dispose, et c'est là un progrès extraordinaire, pour un prix abordable pour lui, d'un bon accès à Internet (cybercafés). Il pourrait donc (à condition de régler l'organisation de la logistique) vendre des produits népalais sur une boutique eBay à des clients à Paris. En faisant cela, il ferait une concurrence directe à la boutique d'artisanat népalais du centre de Paris qui paye un loyer et un salaire... parisiens.Au lieu que seulement 1% à 20% du prix final aille dans le pays d'origine, ce serait plutôt 80%, et cela remplirait bien plus que les objectifs usuels du commerce équitable pour aider ces gens à sortir de leur misère économique par rapport à nous (qu'il convient cependant de mettre en balance avec notre misère spirituelle par rapport à eux, mais c'est un autre débat).D'un autre côté, les derniers métiers non délocalisables resteraient seulement la logistique au sens large (transport, stockage et distribution de biens, d'énergie, d'eau...), la construction et l'immobilier, l'entretien (réparer le camion du livreur, peindre ma maison...), l'éducation et plus généralement le service aux personnes.L'Internet marchand ouvre la possibilité d'un bouleversement majeur de la structure de création de valeur dans le commerce, tant que les transports ne coûtent pas cher.Le renchérissement des transports constitue donc le seul frein fondamental à la délocalisation et permet donc qu'un emploi ici soit payé plus qu'au bout du Monde.Bref, le moteur et/ou le carburant peu coûteux est le véritable ennemi des syndicats de travailleurs, faire grève contre l'augmentation du prix de l'essence est donc un autre paradoxe.

Maëster 03/07/2008 12:41





J'espère qu'Eauze nous laissera un peu de temps pour échanger au moins trois mots...


Paul Boyer 02/07/2008 14:09

Oui, c'est le paradoxe de la communication/publicité: Si on veut faire savoir qu'on est contre, on doit l'utiliser et respecter quelques unes de ses règles.Mais à part la technologie Internet, qui est nouvelle, le paradoxe n'est pas vraiment nouveau sur le fond.Les 'purs' sont des ermites modernes, dont la démarche est, par essence, inconnue du public et privée d'effets, comme celle des électeurs non-inscrits, pas même comptabilisés.

Maëster 02/07/2008 17:11





Le paradoxe n'est pas tant d'employer pour se faire connaître des moyens qui, éventuellement, nous déplaisent ou nous répugnent, mais bien de ne pouvoir échapper à ces "contraintes" imposées par la
"Loi du marché" : par exemple, on "s'indigne" de la politique de la Chine, assez peu démocratique il est vrai vue d'ici, mais on ne peut se passer des produits qui y sont manufacturés, à moins de
choisir la radicalité d'une consommation très restreinte.

Et même, on peut considérer que choisir de fabriquer certains produits en Chine est un moyen d'ouvrir des fenêtres (de démocratie, d'écologie, de "mieux disant" social) au coeur d'un système qui,
sinon, y resterait fermé.

Ou encore, on privilégie de plus en plus le commerce via internet, plus simple, plus approvisionné d'une certaine manière, au détriment du "petit commerce" spécialisé, ce qui risque à court terme
de faire mourir celui-ci (notamment les libraires) et risque à long terme de nuire à la diversité de l'offre.

Vastes sujets de débats (qu'il serait plaisant de développer avec vous, notamment).


Paul Boyer 02/07/2008 12:22

Savez-vous que TF1 est actionnaire de Over-blog et propose de rémunérer les auteurs de blogs via sa plate-forme "tf1-networks".Il y a donc, dans la signature en bas de page, sur le blog de Maëster, un lien vers le site www.tf1pub.fr ...Mais je dis juste ça pour vous taquiner un peu, je sais bien qu'il est long et pénible de changer un blog d'hébergeur ;-)Cela étant, tout n'est pas mauvais puisque over-blog a son siège à Toulouse (ça n'a rien à voir, mais je suis toulousain, alors ça me fait plaisir, malgré l'actionnariat de tf1)

Maëster 02/07/2008 13:44





Over-blog propose aussi à ses blogueurs suffisamment visités une rémunération via une insertion de publicités (ciblées) sur les blogues aux-mêmes, ce que j'ai (pour l'instant) décidé de
refuser.

J'apprécie de pouvoir assaisonner mes épinards avec du beurre, voire de la crème fraîche (on oublie le sourire de la crèmière) et des lardons (ou un peu de cumin), mais il me semble qu'il y aurait
quelque chose d'ironique à vilipender certains agissements, certains comportements ou certaines sociétés (comme TF1) et à leur faire de la pub directement ou indirectement.

Cela dit, la complexité du système de l'actionnariat fait que nous sommes tous plus ou moins prisonniers de ces contradictions (le livre "Bowling for Colombine" de Michael Moore, dénonçant les
lobbies des marchands d'armes, était distribué je crois par Hachette, appartenant à Lagardère, dont les accointances avec le commerce des armes ne datent pas d'hier).

C'est (sans doute) le prix à payer pour jouir d'une certaine "liberté" et d'une certaine gratuité sur internet, il est bon d'en rester conscient (car tout se paye en ce bas monde mondialisé).

Et bientôt, cette simili-gratuité du net se doublera probablement d'une taxe qui paliera les cadeaux faits actuellement à TF1 et M6 par certain Président...

Ca va être de plus en plus difficile d'être branché ET rebelle (ou rebeau).


Paul Boyer 02/07/2008 12:01

Tiens, c'est marrant, ce dessin revient dans l'actualité avec la vidéo de sarkozy "off" sur la 3, et son comportement... mesquin.Ahh... je regrette tellement que le technicien, plutôt que de faire son boulot le plus discrètement possible ne lui n'ait pas rétorqué alors que Sarko disait "c'est grave" à propos de son mutisme... "ben alors casse toi pauv' con".En plus, maintenant ça ne peut pas être condamné pour injure, puisque c'est une citation présidentielle...

Dominique Pouillot 30/06/2008 03:08

Maître Maëster

C'est la première fois, de ma vie (et de la vôtre, comme de bien entendu), que je suis en avance sur vous à propos de l'actualité.

Je reconnais que vos croquis du Maroc constituent un mot d'excuse tout à fait acceptable, mais permettez-moi de ne point pousser la flatterie plus avant : Si vos dessins me faisaient chier, je ne les regarderais pas.

Vous avez sans doute un p'tit Robert chez vous.

Ou alors, un p'tit Larousse.

C'est ça qu'est bien, en démocratie, on a des choix, comment dirais-je... Multiples. C'est ça que je cherchais comme formule. Et puis si on sait pas lequel des deux choisir, on fait comme on veut, soit on prend le moins cher (l'avantage, c'est que c'est plus avantageux), soit on prend le plus cher (l'avantage, c'est que quand on invite des potes à la maison, on peut leur montrer comment qu'il est classos, not' dictionnaire, comparé au celui du concurrent, minable, qu'ils ont chez eux)

C'est ça, la démocratie : chacun choisit son dictionnaire comme il veut, t'as le droit d'acheter un dictionnaire, mais t'es pas obligé non plus. Et, l'année suivante, le dictionnaire qui s'est le mieux vendu, il peut augmenter son prix de vente.

Ben oui, lui, il s'en fout, de toutes façons, c'est vous qui payez.

C'est vachement bien, la démocratie, les gens ils sont libres de s'exprimer, et même, parfois, par la voie des urnes.

Et là tu dis : super, j'y vais. Ben non, pas si vite. Tu prends le temps de pisser tranquillement chez toi, avant d'aller au bureau de vote. Les petites cabines, ça s'appelle des isoloirs, et dans l'urne, faut glisser ton bulletin .

Ah merde. Ça fait chier.

Non, ça non plus, ça marche pas, c'est seulement quand t'es rentré chez toi et que tu regardes les résultats à la télé que tu t'en rends compte.

Sauf quand c'est des référendums.

Le référendum, c'est un truc que le chef du pays (celui que t'as pas élu, celui qu'a été élu par les gens que t'aimes pas), il te pose une question oùsque tu dois répondre Oui ou Non. Euh.... Tu peux aussi répondre « Je sais pas, moi... » Mais ça compte pas.

On s'en fout de la question, mais pour une fois on peut aller se défouler dans les urnes, alors on répond Non, si la question est posée par le chef qu'on n'a pas élu, et on répond non quand on s'est enfin rendu compte que le chef qu'on a élu, on l'aime pas. (Ce qui prouve qu'il y a des cons qui pensent)

Comme ça, il est bien embêté, le chef qu'on aime pas et il est bien obligé de reconnaître qu'il a bien entendu notre message.

Il a la honte.

Il démissionne.

Ah ben non. T'es vraiment con, toi, t'y pannes rien en démocratie.

Le chef, il repose la même question au parlement et là, t'inquiètes pas, tu y'es pas toi, y a que des potes au chef. Et ils disent oui.

C'est de la démocratie de chez nous, ça, c'est de la démocratie parlementaire.

Parlement : Une fois que t'as compris qu'il faut lire ça en deux mots, t'as tout compris à la démocratie parlementaire.

C'est pas grave, les irlandais vont bientôt appliquer la tactique qu'a si bien réussi chez nous.

Mais, y a aussi la démocratie absolue.

C'est un truc où les mecs, ils organisent des élections démocratiques, mais y a qu'un candidat.

Ah Bon? Mais comment qu'on le choisit, le candidat ?

Ben, c'est le chef qui décide que le candidat c'est lui. D'un point de vue économique, c'est un net avantage, t'as pas besoin de bulletins de vote, ni d'urne. T'as juste à compter les gens qui viennent dans le le bureau de vote, éventuellement, de prendre leur nom, comme ça tu sais qui il faut surveiller, mettre en prison ou exécuter, et si je puis me permettre, ça évite les bulletins blancs, qui ne sont pas bien vus dans certains pays.

Au Zimbabwe, les résultats ont été clairs, ils ont élu le p'tit Robert.

La première fois, ce con là, il est un peu sénile, voire liquide, il avait autorisé un autre candidat à se présenter, et puis.... Ben... Il a recompté les bulletins, il a bien fait, il s'est aperçu qu'il y avait eu une erreur quelque part. Y avait des gens qui s'étaient trompé de bulletin.

Il a fallu se résoudre à faire un deuxième tour et expliquer à son vainqueur... Euh, opposant. Que s'il maintenait sa candidature, il risquait fort d'être victime d'un accident fâcheux.

Moi, je suis pas du genre à vous filer des conseils, mais, si vous partez en vacances au Zimbabwe, réfléchissez avant de prendre une voiture de location, les routes ne sont pas forcément sûres dans ce beau pays. Tout au moins, en période électorale.

Permettez-moi d'adresser mes félicitations au p'tit Robert.

Quant au P'tit Larousse, si il n'a pas gagné, il n'a qu'à s'en prendre qu'à lui même.

Bisous à tous.

D.P.