Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les aventures de Maëster sur le net
  • Les aventures de Maëster sur le net
  • : Auteur de Bande Dessinée (Fluide Glacial, Le Lombard, Glénat), autodidacte (ça veut dire que je conduis mes doigts tout seul), soupe-au-lait et esthète de l'art.
  • Contact

Ci-dessus

 
J'avais d'abord pensé écrire "Dentiste" (à cause de "email -> ok") mais je me suis dit que cela ferait fuir tout le monde.

 

D'où "Lavabo".

Farfouillage

Le plat du jour


Le Blog de Yal
à découvrir d'urgence.

Yann Lesacher
illustrateur, peintre, croqueur,
un dessineux comme je les aime.
 

ds-1
 Cliquer ici pour sa version de Claudia Cardinale


Dans Les Tiroirs

Texte Libre

Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère, "toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits." Donc, merci de ne pas balancer mes dessins et mes images aux quatre coins de l'internet ou d'ailleurs...

 

Important : Les commentaires étant modérés, ils n'apparaîtront qu'après validation de ma part. Ne vous étonnez pas de ne pas les voir s'afficher immédiatement.

(C'est valable aussi pour l'hypocrite lectrice, ma (moins) semblable, ma soeur... et plus si affinités, et pour les quelques ignares égarés ici, la phrase est empruntée à M. Charles Baudelaire, dans ses bien jolies "Fleurs du Mal")

Sur La Table

16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 12:07



aujourd'hui à Bruxelles sur la clause de précaution
appliquée en France sur le maïs MON 810.

Un rapport de l'AFSSA rendu public jeudi
exonère le MON 810 de tout danger pour
la santé humaine.





Partager cet article

Repost 0
Published by Maëster - dans Actu qui tue
commenter cet article

commentaires

Paul Boyer 04/03/2009 18:49

@Thomas ("si [... on démontre sérieusement que...] les OGM sont sans danger pour l'humain et la biodiversité en général[...], quelle attitude adopterez-vous ?"Comme souvent, il n'existe pas de bonne réponse à une mauvaise question. Le lobby "pro-OGM" a fait en sorte que la question soit "pour ou contre les OGM". Or "OGM", cela ne veut rien dire, ou plus exactement, cela peut désigner des choses totalement incomparables !Un OGM "Bt", comme le coton Bt, est par exemple une plante dont le code génétique a été modifiée pour insérer un matériel génétique d'une bactérie connue qui provoque la synthèse par certaines cellules de la plante d'une molécule produite dans la nature par cette bactérie que l'on connaît pour ses effets toxiques sur les insectes (et qui est utilisée -la bactérie-, dans l'agriculture biologique, comme insecticide naturel). Au lieu d'utiliser un mécanisme naturel (la bactérie Bt), les chimistes proposent de synthétiser la molécule Bt et de la répandre en quantité bien plus grande. Jusque là, on est dans la chimie.L'OGM Bt est une plante qui comporte un code génétique de bactérie. Sur le papier, si c'est un peu préoccupant, cela semble simple. Dans la réalité, on a pris des milliers de cellules de la plante, on a bombardé des milliers de fois des bouts de code génétique de la bactérie Bt, mélangés avec des bouts de code génétique de résistance à un antibiotique, on a ensuite balancé l'antibiotique pour tuer toutes les cellules qui n'avaient pas "pris" le code génétique, et sur les milliers qui en sont sortis, on a sélectionnés les rares qui ressemblaient à une plante normale, et on a fait pousser ceux qui le pouvaient et on a sélectionné là-dedans ce qui ressemblait le plus à un maïs utilisable.Maintenant, où diantre la manipulation génétique s'est faite dans l'ADN de la plante (éventuellement à plusieurs endroits), quels codes génétiques ont été perturbés par la manipulation, quels effets à long terme auront la présence du code génétique de résistance à l'antibiotique utilisé ...Tout cela ne sont que des questions auxquelles notre connaissance actuelle de la génétique et des effets potentiels à long terme ne permet hélas pas de répondre, et tout cela est lié à la technique particulière utilisée dans les labos de Monsanto.Quant aux effets de l'abondance de la molécule Bt dans le maïs, qui sont plus "prévisibles" et contrôlés, puisqu'ils correspondent à l'effet recherché par l'OGM, ils peuvent aussi être préoccupants à long terme.Quant à un autre OGM, qui consistera à incruster un autre bout de code génétique, avec une autre technique, avec un autre marqueur, avec une sélection différente, sur une autre plante, voire sur un animal ou une bactérie (et pourquoi pas un virus ?); Voire un autre coton Bt produit par la même technique, mais sur lequel le hasard aura placé le code génétique "Bt" ailleurs sur l'ADN (et qui sera donc exprimé dans des circonstances différentes), pourrait avoir des impacts sanitaires tout à fait différents !On a souvent dit que les OGM pousseront plus vite, résisteront mieux à la chaleur et/ou à la sècheresse, auraont des meilleurs rendement, etc. A tel point que certains pensent de bonne foi qu'ils "sont la solution à la faim dans le Monde".Bullshit.En Français: balivernes, Blah blah. Blah blah blah blah.Depuis quelques milliards d'année, la Nature a sélectionné des milliards de modifications génétiques et éliminé celles qui résistent mal à un stress particulier. Le code génétique des plantes actuelles est d'une complexité édifiante. Un code génétique ne s'exprime presque jamais seul, mais en conjonction avec d'autres codes génétiques, eux-mêmes exprimés de manière conditionnée à des équilibres entre facteurs déclenchants et facteurs inhibiteurs, tous codés dans l'ADN et pour parler franchement totalement incompris... La capacité d'une modification génétique aussi primitive que celles qu'on utilise actuellement (bombardement d'un noyau de cellule avec des bouts d'ADN, incrustation via un virus, etc.) à générer une modification utile et notable dans l'équilibre complexe du vivant et sa capacité formidable à résister aux stress est tout aussi optimiste qu'un gamin qui après avoir constaté qu'il influait sur la direction d'un avion en poussant un levier au hasard dans la cabine de pilotage, déclarerait: "laissez moi piloter, je vais amener cet avion sur la lune !"Faire de la recherche en génétique, comprendre "comment ça marche". Faire des manipulations, des expériences, mettre du Bt dans du maïs, faire un cochon fluorescent, une bactérie qui fait du lait, etc. Oui, bien sûr, il faut chercher à comprendre. Si le lait produit par une bactérie, après de nombreux tests indépendants et non faussés, à long terme, s'avère comestible, pourquoi pas l'autoriser en l'indiquant au consommateur pour qu'il puisse le choisir ou non.Et si un jour, on arrive vraiment à faire pousser du blé dans un désert avec une manipulation génétique, alors bien entendu, il sera temps de changer d'avis !Mais tant que les manipulations génétiques se limitent à faire produire des insecticides à des plantes destinées à la consommation humaine ou celle du bétail (et donc à la consommation humaine indirectement) et que ces plantes ne présentent aucune amélioration de rendement notable par rapport aux plantes usuelles, mais influent seulement sur la rentabilité financière d'un producteur d'insecticide et/ou de semences, alors... NON, NON ! STOP, HALTE, AUX FOUS !Et le prétexte de "vous êtes contre les OGM, alors vous êtes contre le progrès, l'Humanité ne peut survivre sans le progrès, seuls les OGM permettent de nourir la planète" est tellement mensonger, vil, bête et évidemment stupide qu'il est inadmissible de le lire encore !On ne doit bien entendu pas être contre les OGM dans l'absolu.Mais en 2009, il est CRIMINEL d'autoriser en plein champs et dans l'alimentation à grande échelle, des OGM issus de techniques balbutiantes d'aprenti-sorciers, dont la nature précise est totalement hors de notre compréhension et les effets à long terme totalement inconnus, tandis que l'on a démontré souvent leur absence totale d'intérêt économique à moyen terme pour la collectivité et qu'il existe des doutes sérieux sur leur inocuité.

Maëster 04/03/2009 19:13





Wouahou. Je vous remercie de vos commentaires en général et de celui-ci en particulier, bien qu'il manque cruellement de
"lol", "mdr" et autre smiley.  






Thomas 03/03/2009 21:30

Bonjour,J'ai failli poster un commentaire avec des questions naïves mais il se trouve que Kassad, n°47, a posé exactement ces questions (et je ne reprends pas les éloges, que je partage aussi) !Pour résumer : j'ai pas envie de bouffer des OGM, mais 1) au moins je peux me permettre ce choix, et 2) si ça a une chance d'améliorer le sort de gens qui ne mangent pas à leur faim, on ne peut pas se permettre de ne pas faire au moins des recherches sereinement. Ce sont bien des réflexions générales sur les OGM, en dehors de Monsanto et autres breveteurs de choses vivantes, qui sont un autre débat.Bref, ze rebondis sur la réponse que vous avez faite :Je ne crois pas qu'il s'agisse de stopper les recherches, mais de les encadrer suffisamment pour que cela ne représente pas un danger dans un avenir plus ou moins proche. Et développer parallèlement la recherche et la mise en oeuvre d'une véritable politique agricole biologique. Ma question est : si on mène ces recherches, dans le cadre idéal, et qu'une étude que vous approuviez sur la forme -- méthode, indépendance, sérieux, ... -- conclue que les OGM sont sans danger pour l'humain et la biodiversité en général (ou qu'on soit arrivé au point que le risque devienne acceptable), quelle attitude adopterez-vous ? Changerez-vous d'avis ? C'est un peu de la provoc, mais ce sont des questions que je me pose sérieusement !!Je pense que ma réaction serait de ne pas en bouffer, par conviction (irrationnelle), mais de laisser "les pauvres" s'en nourrir. Ce serait horriblement condescendant de ma part, oui.D'autres avis ?

Maëster 04/03/2009 08:41





"si ça a une chance d'améliorer le sort de gens qui ne mangent pas à leur faim" J'ai bien peur, hélas, que cela ne soit pas le
but de ces recherches, mais juste "l'alibi". On peut d'ailleurs en juger avec ce qui se passe en Inde où le coton transgénique est en train de tuer l'agriculture traditionnelle et les petits
paysans (ce qui, à terme il est vrai, peut aider à résoudre les problèmes de la faim ; un paysan pauvre et mort n'a plus faim).

Peut-être que le but premier était de trouver une solution aux problèmes de la malnutrition, mais les recherches dépendant beaucoup des financements, et les financiers étant assez rarement des
philanthropes, on en arrive à une quête de rentabilité immédiate.

Il y a eu des études faites qui concluent que ce qui permettrait de lutter efficacement contre la faim et la malnutrition consisterait à changer nos habitudes alimentaires et de consommation en
occident (moins de surface cultivée pour produire de quoi faire rouler les bagnoles par exemple, ou moins de surface cultivée pour nourrir les animaux qui servent à nourrir un petit pourcentage de
la population).

A lire : L'agriculture biologique peut nourrir la planète. 
ou là : http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article1127 ou encore là pour une réponse plus mitigée : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=bio_nourrir_do 

Ce dernier article pose une conclusion négativee, mais présente quand même des données contradictoires ; "La FAO croit que
si des mesures de soutien à l’agriculture étaient mises en place (formation, meilleure distribution, régimes fonciers mieux adaptés, etc.), l’agriculture biologique pourrait devenir, d’ici
30 ans, au moins à l’échelon local, un substitut tout à fait envisageable à l’agriculture traditionnelle telle qu’elle se pratique encore dans nombre de pays en
développement.Reste que dans les pays industrialisés, l’agriculture biologique fait inévitablement diminuer les
rendements, du moins à court terme, même si elle est plus rentable du point de vue
écologique."  


Paul Boyer 27/02/2009 14:02

"Le véritable problème est [...]la "propriété" et [...la] dépendance économique [...et le] pouvoir exorbitant [que cela leur confère]. Ben moi, ce n'est pas ça qui m'inquiète le plus. Tout ça, on est bien d'accord que c'est dégeulasse, mais ce n'est que du "pouvoir de papier". Certes, ça a déjà poussé des paysans indiens à la ruine (l'argent, c'est du papier...), mais cette forme de pouvoir est rarement durable, et avec la crise qui s'annonce, il est probable que le papier perde beaucoup de sa valeur en très peu de temps.Par contre, les graines OGM qui se balladent, légalement ou non, qui font des petits dans la Nature, qui nourissent du bétail et des humains, ça n'est pas du papier, mais du concret. Et ça comporte un risque bien plus durable et dont les impacts, si il y en a, risquent de durer bien après que Monsanto aura fait faillite et que ses dirigeants et actionnaires suceront tous les OGM par les racines (qui dans le cas du maïs arrivent facilement à 6 pieds de profondeur).

Maëster 27/02/2009 15:00





C'est également vrai. Tout cela n'incite guère à l'optimisme... 


Stéphane 23/02/2009 11:17

Mais jusqu'où s'arrêteront-ils...  ? Il me semble que l'utilisation des OGM stérilise les terres à plus ou moins brève échéance, non? Ce qui oblige les paysans à se servir à nouveau des semences OGM, et ainsi de suite!Le mouvement perpétuel quoi... 

Maëster 23/02/2009 15:12




Le véritable problème est que l'industrie de la recherche agro-alimentaire dépose sur ces semences des brevets qui leur en
accordent la "propriété" et qui interdisent donc de toute façon que les paysans puissent les semer à leur guise. Cela crée une dépendance économique et leur confère un pouvoir
exorbitant. 
 


Thierry Martin 23/02/2009 08:17

Oooh! c'est très bon ça, redoutablement efficace.encore une fois bravo